La couille de Noël : délices linguistiques de saison et autres bévues…. (inclus un guide pratique pour passer à la caisse)

La suite du très célèbre, fameux et mondialement aclamé: La glace à deux couilles et autres méandres linguistiques .

C’est de saison.  En ce qui concerne mes progrès en anglais, comment vous expliquer ? Le bout du tunnel se rapproche de moins en moins vite ! Je plaide innocente.  Je fais pourtant tout ce qu’il faut : je pratique tous les jours, je ne suis pas timide, j’y vais franchement et de plus, je suis des cours d’anglais.

Au fur et à mesure que mon niveau de compréhension augmente, il me semble que mes capacités à m’exprimer s’amoindrissent. Je me désespère de pouvoir un jour accéder aux subtilités de la langue.  Enfin si je pouvais éviter de passer pour une débile mentale ce serait toujours ça !

Voici, pour vous, quelques échantillons de mon quotidien linguistique et autres imbroglios.

 

Défaut de prononciation

L’autre jour, ma copine me demande comment je vais et je lui réponds que je suis fatiguée (tired).  Son visage s’allonge et elle me demande de répéter. Je m’exécute..… « mais non tu n’es pas un tyran, qu’est ce que tu racontes encore ! ».  C’est ainsi que je compris une grosse erreur, comise de longue date.  Depuis toujours, lorsque je veux informer les infortunées personnes qui me côtoient de mon état, je leur explique que je suis « Thaï red » (tired-fatiguée)… Et oui, c’est le plus souvent la réponse la plus adaptée car je suis « Thaï red » de naissance.  Pour votre édification personnelle, l’on prononce thaïheuhrd… Plus ou moins.  Comme je n’en revenais pas, n’y croyais pas, je vais trouver une copine et lui explique.  Alors elle m’explique que oui, je fais cette erreur tout le temps et c’est même devenu une running joke dans les environs !

Au buffet de Pizza, j’affirme haut et fort que je suis bien contente d’être ici car je suis très fâchée.  Les convives se retournent vers moi l’air étonné.  « Vous pas ? Pourtant il est l’heure de souper » (angry-fâché, hungry-affamé) un classique sans doute.

Puis-je te servir une tasse de café à la cocaïne ? *les yeux de l’assemblée de parents d’élèves s’agrandissent * Je sens le besoin de me justifier « Ils font de l’excellent café à la cocaïne chez Trader Joes ».  A la faveur d’un bon gros rhume, le mot cocoa (cacao) s’est transformé en quelque chose de plus récréatif, mais moins sain(t) !

Je vais prêter mes voiles de soie à mes dance sisters pour un ballet.  Je demande à ma prof : tu veux que je les cours ? (?) Oui si je les cours c’est plus beau.  Son visage exprime l’incompréhension mêlée de panique… « Mais oui regarde ils sont tous chiffonnés »… ah oui bonne idée me répond-t-elle.  Quelques jours plus tard, j’apprends que repasser « to iron » se prononce « aïl eurned » … et pas « aïl ron » que mes interlocuteurs ont tendance à comprendre « I run »….

 

Erreur de compréhension

Il y a quelque mois de cela, je croise une autre maman dans le couloir de la preschool de Nounou et elle me demande si je suis intéressée de devenir play mate…. Au parc… Je ne sais que lui répondre.  Mais étant donné les circonstances, je devine très vite qu’il est nécessaire de demander quelques éclaircissements.  De fait, elle souhaitait un play date : moment où l’on fait se rejoindre les enfants en dehors de l’école pour qu’ils s’amusent entre eux.  Rien à voir donc avec la jolie jeune femme se pavanant à moitié nue.

Évoquant la vie de divers réformateurs de la religion catholique, le pasteur explique qu’ils ont été brûlés, cuits comme des steacks ! Je ne trouve tout de même pas cela fort respectueux.  Mais il s’agit en fait d’être « Burn at the stake »… Au bûché quoi…

 

Un mot pour un autre

L’année passée, au cœur de l’hiver, nous eûmes droit à une couche de neige suffisante pour faire de la luge.  Quelqu’un me suggéra alors de m’en procurer une.  Chez Walmart, comme l’objet de ma convoitise se dérobait à mon regard. Je décidai donc de quérir l’aide d’un vendeur:  « Je cherche un tueur » (?)  (slayer-tueur…. Slei-traineau) (?) « Oui un tueur pour mon fils… Pour jouer avec dans la neige… Il a cinq ans »… Devant tant d’étonnement de la part du pauvre bougre, je me senti dans l’obligation de mimer l’action de faire de la luge… Pas de poignarder… Croyez le ou non, je n’ai jamais eu mon facilitateur de glisse.

Régulièrement, Nounou revient de l’école et m’explique qu’il a mangé un sandwish à la méduse…. Un Jelly fish sandwish à la place d’un Jelly and peanut Butter sandwish.  Je ne peux pas l’en blâmer, les méduses c’est tellement plus savoureux que le beurre de cacahouète.  J’espère que les dames de la cantine en sont bien conscientes.

Comme on m’interroge sur mes activités artistiques, je réponds que je je participe à des spectacles pour des élévations de fonds… C’est sans doute fort gracieux mais on me fait remarquer que les fonds se collectent (raise) et ne s’élèvent pas (rise)… C’est l’intention qui compte !

Sa royale scintillance… Moi en l’occurrence… était persuadée que le mot « strass » était d’origine anglo-saxonne, voir universelle. J’ai une tendance fort appuyée à en coller partout, dés que c’est possible, mais surtout sur mes costumes de danse. Alors lorsqu’on m’interroge sur la provenance de mon iridescente, c’est avec plaisir que je précise que j’en suis à l’origine.  Oui, c’est moi qui ai mis tout ce stress sur le tissus, j’adore le stress, le stress c’est tellement joli sous la lumière! Oui parce que strass, on ne connait pas ici. On dit « rhinestone » et strass on comprendra stress….

img_20161213_175618

Passons à la caisse

Tout spécialement pour vous! Cela peut vous être utile et vous penserez à moi en payant vos achats; Bellaventure décrypte  les tirades les plus communes et dont la moité reste le plus souvent entre les dents de la ou du caissier au super-marché :

Nous avions déjà

Debitorcredit (débit ou crédit) ou kashocredit (cash ou crédit)

Mais il y a aussi……

Douyouaveanicouponne…. Avez-vous quelques bons de réduction ? Non ? Dommage pour vous, il y a toujours un bon ou l’autre qui traînent en ligne….(do you have any coupon)

Douyouwantyourrecîpwityouorindebag….. Voulez-vous votre ticket de caisse avec vous ou dans les sachets ? Personnellement je n’ai jamais vraiment compris qu’elle importance cela pouvait avoir…. (Do you want your receip with you or in the bag?)

Watsyourzipcode… Quel est votre code postal ?…. Celle-là je suis fière de moi, j’ai compris tout de suite… Mais sous le coup de l’émotion,  je ne suis jamais parvenue à me souvenir du code correct… (what is your zip code?)

méailsiyouraildipliz…. Si vous achetez de l’alcool ou pour vérifier que la carte de crédit est bien la vôtre, vous devez montrer votre carte d’identité ou plutôt votre permis de conduire… enfin quelque chose de plus ou moins officiel avec votre photo et votre nom. (May I see your ID please)

Doyouwannamakeadonassionne … Voulez-vous en même temps que vous effectuez votre payement laisser quelques dollars à une œuvre ou l’autre ? A vous de voir… Mais il vous faudra dire non. (Do you want to make a donnation?)

Doyouwantmitotakecaireoftat… * en montrant le caddie * J’avoue que ce fût là pour moi, un grand moment de solitude parce qu’après avoir fait répéter cinq fois, ayant compris les mots, je ne comprenais toujours pas où cette charmante caissière qui aurait pu être ma grand-mère voulait en venir… Et bien figurez-vous qu’elle se proposait de conduire mon chariot jusque ma voiture. « Non, non merci, ça ira très bien, merci »… (Do you want me to take care of that?)

 

Et je mime

Quand ça ne va vraiment pas, je ne fais pas durer le plaisir, je mime ! L’autre jour,  j’ai eu du mal prononcer le mot « handsome » … oh quel professeur ? Celui qui est mignon, charmant.  Comme les mamans présentes ne semblaient pas comprendre, j’ai mimé.  Je n’ai pas fait durer le plaisir je l’ai multiplié… Elles étaient écroulées !

 

 

8 commentaires

  1. Coucou bonsoir Katrien,
    Une fois de plus si tu fais rire là bas, sache qu’ ici tu me fais bien rigoler aussi, avec toutes tes explications et ton humour tel que je le connais.
    Oh dis toi bien que le monde n’a pas été construit en un jour, et même si tu n’en as pas l’impression je sais que tu progresses et arrive toujours à te faire comprendre.
    Te voila proche des fêtes de fin d’année et je vais te souhaiter un très bon réveillon de Noël en excellente compagnie Nounou et Raff.
    Très gros bisous à très bientôt

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou Katrien,

    J’ai bien ri une fois de plus et je me suis retrouvée dans certaines situations : j’ai du effectivement plusieurs fois expliquer que j’étais un tyran car je suis née aussi avec de la fatigue qui me colle toujours à la peau (surtout pour l’instant) et mes interlocuteurs m’ont regardé bizarrement ! Je pense qu’ils doivent quand-même comprendre… Je sais que tu progresses mais plus on progresse plus on prend conscience du chemin qu’il reste à parcourir et puis c’est un peu drôle d’avoir un petit accent. Les anglophones, ils cultivent leur petit accent alors pourquoi pas nous !
    On approche effectivement des fêtes et je te les souhaite déjà très joyeuses, pleines de strass à la française !

    Bisous de Fernande

    J'aime

  3. J’ai découvert ton article dans le groupe Français d’Amérique du Nord, et j’adooooooore ! Surtout le guide « passage en caisse » ! D’ailleurs, je voudrais te demander si je peux adapter cette partie en vidéo (en te citant, bien sûr !)

    Ce « guide de survie » est simplement génial et surtout très pratique car ce sont des expressions qu’on entend tout le temps, lancé à la va-vite par la caissière/le caissier car il les répète à la longueur de la journée. En plus, on n’a pas l’habitude d’entendre les mêmes questions en France, donc effectivement, on peut être vite déstabilisé au moment de payer ses courses ! Qui aurait cru que ça serait si compliqué ??

    Juste pour me présenter, je fais une vidéo chaque semaine sur mon blog Speak English with Christina, pour aider des personnes à améliorer leur anglais, comprendre l’accent américain et connaitre la vie et la culture aux USA. Voici mon site si tu veux aller faire un tour pour voir les types de vidéos que je fais : http://christinarebuffet.com/blog/

    Et puis dis-moi si tu es d’accord pour que je fasse une vidéo inspiré de cet article 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. je decouvre ton billet grace a facebook ( un partage par une amie)… j’adore!!! je vis aux US depuis 18 mois, je travaille en anglais depuis des annees, et j’ai encore parfois de grands moments de solitude!!! les americains vont te repeater 10 fois patiemment la phrase que tu ne comprends pas, mais a la meme vitesse et sur le meme ton, accent que tu ne comprends pas, parfois c’est fun…

    ah et c’est « may I see your ID » et pas « idea » 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Taïred, je connais très bien!
    Et personne ne me corrigeait car mon entourage trouvait ça trop drôle. Ils le disaient même comme moi, tellement ça les faisait se gondoler. Ce qui fait que je n’entendait pas que je ne le disait pas convenablement, évidemment. Je me demandais seulement en quoi la fatigue pouvait les rendre si souriants….

    Katrien, tu oublies les problèmes d’accent tonique.
    Orange se dit orange en anglais. Facile, non?
    Eh bien non. Car je disais o-RAN-ge, en disant bien le r, le an, et le g convenablement.
    Mais il faut dire O-ran-ge.
    Sinon tout le monde se demande pourquoi tu parles d’une ferme! ( a ranch )

    J'aime

Répondre à Corinne De Brouwer Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s