Odin des Montagnes Brumeuses

Après le départ de ma douce Bella, il ne m’est jamais venu à l’esprit d’adopter un autre compagnon canin.  Bien au contraire.  Je me voyais simplement « user » Hellryck tel qu’il est et à son départ m’épargner une bonne fois pour toutes les complications et les chagrins qu’implique la responsabilité de s’occuper d’un chien.  Il est vrai que par le passé rien ne nous a été épargné en matière d’embarras canins tels que les destructions, la difficulté de propreté, les problèmes de santé.

Parfois je me disais : si un jour j’ai un autre chien, c’est que je l’aurai trouvé sur le bas de ma porte mais ce n’est pas moi qui irai le chercher.  C’est pratiquement ce qui s’est passé.

Il nous attendait au coin de la maison que nous avions louée pour le week-end.  Serein, curieux, joyeux et attentif, il nous escortait pendant que nous visitions le jardin et la terrasse.  La propriétaire nous a expliqué que c’était un chien errant.  Ses maîtres ne s’en occupaient plus vraiment.  Des voisins prenaient de temps à autre soin de lui.  On nous conseilla de ne pas le nourrir pour ne pas l’inciter à rester là.

Mais il est resté là toute la soirée.  Calme et ne semblant rien attendre, en boule sur le paillasson.

Ce n’est pas son physique qui m’a attiré.  Il est difficile de le regarder dans les yeux.  On ne sait lequel choisir : le brun ou celui bleu laiteux dont on ne sait pas très bien s’il voit.  Nounou remarque qu’il ne sait pas très bien fermer sa bouche.  Son papa lui précise que si… Mais seulement d’un coté.  Il est un peu pouilleux et ne sent évidement pas très bon.  Il a sur le cou deux grosses blessures plus ou moins purulentes. Son corps présente d’improbables proportions.

Mais il est sympathique, vif et à la fois patient.  Il semble intelligent, attentif et déterminé sans être collant.  Il est Zen.

Avant d’aller me coucher, j’ai jeté un denier coup d’œil dehors.  Il était toujours là.  Je lui ai refilé un morceau de pizza.  Je me suis endormie avec l’idée saugrenue que si au petit matin il était encore aux alentours, nous pourrions peut-être contacter ses propriétaires et si vraiment ils n’en voulaient plus, il pourrait revenir avec nous.  Je me suis d’emblée refusée de considérer les potentielles et anxiogènes difficultés pouvant me voler mon sommeil et entacher mon projet, la première étant de convaincre Raf.

Au lever du jour, il était là.  Lorsque je fis part de mon intention à mon cher mari, il n’y fit aucune objection et contacta la propriétaire de la maison.  Elle fut surprise et heureuse de notre décision et fut notre intermédiaire.  Il s’avéra qu’on souhaitait effectivement se défaire de l’animal.  La nouvelle fit le tour du quartier.  Les « voisins » qui s’occupaient de temps à autre de notre nouvel ami se montrèrent soulagés que celui-ci trouve un peu d’attention et de stabilité.  Ils me racontèrent un peu les habitudes de la pauvre bête, certes libre, mais seule.

La réalité, un peu plus crue, qui se dégage lorsque l’on parle et fait parler un peu les gens, c’est qu’un chien errant dérange.  Dans ce coin perdu, pas de fourrières, pas de contrôle… J’ai cru comprendre que c’est sans trop d’état d’âme que l’on se débarrasse des gêneurs d’une balle entre les deux yeux.

Mais comment cet être libre allait-il s’adapter à une vie bien rangée ? Notre petit jardin clôturé ne peut rivaliser avec les montagnes brumeuses.  Comment cette petite boule de poils allait-elle s’adapter à la captivité ? J’étais prête à faire face au pire.

Ce fut le meilleur qui se produisit.  Je ne peux m’expliquer comment un chien habitué à la vie sauvage se montre aussi civilisé.  Il ne semble pas plus anxieux que ça de rester un peu seul.  Il a une légère tendance à redécorer en chipant des petit objets comme des ours en peluche ou des chaussettes mais il le fait avec une telle délicatesse qu’il se fait toujours attraper avant de les déchiqueter.  Il est assez obéissant quoiqu’un peu borné.  Il semble comprendre ce qu’on lui veut .  Parce que figurez-vous qu’il comprend le français !

Je suis certaine que vous vous demandez : et notre Hellryck dans tout ça ? Je dois bien avouer que c’était le point le plus délicat de cette adoption.  Deux chiens mâles, ce n’est pas la plus heureuse des combinaisons.  Après les premières minutes, un peu stressantes pour chacun, nos deux compères se sont accommodés l’un à l’autre.  Le plus étonnant, c’est que notre aîné retrouve des comportements normaux chez un chien, comme jouer par exemple, qui avaient disparu pour laisser place a une quasi constante torpeur entrecoupée de quelques séances de caresses. Notre Hellryck semble revivre.

Pourquoi Odin ? Un fidèle lecteur me fit remarqué que mon choix était judicieux car le susnommé dieu de la mythologie nordique ayant sacrifié un œil afin d’obtenir je ne sais quel don, présente donc lui aussi un regard particulier.  Mais je l’ignorais.  Mon inspiration me vint juste avant de m’endormir, le soir où je nourris le projet de lier mon destin à celui de cette petite créature.  Je songeais au dernier roman d’Amélie Nothomb « Les prénoms épicènes ».  Mon esprit rebondit sur l’œil bleu et perçant du spécimen canin, pour me rappeler le regard d’une connaissance dont le prénom ne trouve pas son équivalent au masculin même s’il pourrait se rapprocher en sonorité du nom Odin. Vous me suivez ? Pas grave. Ça lui va bien.

Odin7

Désormais Odin habite chez nous.  Il semble heureux.  Nous apprenons à nous connaître.  J’apprécie son caractère calme et enjoué même s’il est parfois impétueux.  Je peux maintenant à souhait le regarder dans un œil ou dans l’autre et me rappeler comme il est bénéfique de suivre ce que nous dictent notre instinct et notre cœur.

Publicités

7 commentaires

  1. Coucou salut Katrien,
    Super pour Odin encore un heureux qui va finir ses jours chez toi, magnifique ce que tu as fait pour ce pauvre chien pour qui une drôle de destinée lui était prédite.
    Et une chose si Hellrick semble revivre cela est formidable, mais je pense que lui aussi la disparition de Bella la marqué.
    Voila encore une magnifique histoire gros bisous

    J'aime

  2. En voilà une jolie histoire…puis Odin ça lui va bien ! Un merveilleux geste, bravo à vous, il ne nous reste plus qu’a Vous souhaitez beaucoup de bonheur à 5 maintenant !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s